Home Entreprise L’anglais dans le milieu du travail : est-il réellement important ?

L’anglais dans le milieu du travail : est-il réellement important ?

by Kévin

Sur les bancs d’école, vous avez acquis les notions de base de l’Anglais. Ce n’est certainement pas du  temps perdu puisque vous en aurez assurément besoin dans votre cursus professionnel. Maîtriser l’anglais devient d’ailleurs un critère de choix lors d’un test d’embauche. Malgré que certaines entreprises ont leur siège social dans un milieu francophone, elles recherchent des employés bilingues. Le candidat qui parle anglais en plus du français est tout de suite en pôle position pour occuper le poste convoité. Pourquoi cette place de choix accordée à l’anglais dans le milieu professionnel ?

Le contexte historique

Après la Seconde Guerre mondiale, l’industrialisation a indubitablement induit un nouveau concept dénommé « mondialisation ». Vision d’inspiration anglo-saxonne, la mondialisation a réduit le monde en un village planétaire. Le verrou des frontières culturelles a été sauté. Avec elle, les habitants de la terre peuvent aller d’un coin à l’autre de la planète, pour découvrir d’autres cultures ou faire valoir leurs compétences professionnelles. Les Anglais et les Américains ayant été les premiers à capter l’importance de cette vision dans le développement des nations l’ont aussitôt adoptée. Ils ont déporté leur culture, leur langue avec, dans tous les pays du monde.

Il est vrai que l’anglais n’arrive que 3e dans le classement des langues les plus parlées dans le monde.

Elle vient après le chinois et l’espagnol, avec 1.5 milliard de locuteurs, selon les dernières statistiques. Mais grâce à leur savoir-faire, les anglophones ont su imposer leur langue comme le support de communication le plus usuel dans le monde des affaires. Cela a été rendu possible par leur investissement dans la science, la culture et la technologie. Trois axes autour desquels le monde se développe de nos jours.

L’anglais : une langue qui met tout le monde d’accord

Les recherches scientifiques se font selon une certaine codification. En médecine, en informatique ou en agronomie, les savants ont une méthodologie préétablie qui gouverne leurs expérimentations. Étant donné que les chercheurs sont de diverses nationalités, à travers le monde, il fallait s’entendre sur une langue commune pour la restitution des résultats. La langue anglaise s’est finalement imposée comme un dénominateur commun. Son aisance à synthétiser les méthodologies de recherches et le nombre de personnes qui la parlent ont fait de la langue anglaise, la première langue scientifique. Dans le domaine diplomatique et des affaires, vous ne pouvez pas tenir une conférence ou participer à des négociations sans parler l’anglais. Le côté pratique et gentleman de la langue de Shakespeare  est prisé pour séduire le vis-à-vis. De ce fait la plupart des documents diplomatiques sont écrits en anglais. Les livres scientifiques qui constituent des bréviaires, de nos jours, sont tous publiés dans cette même langue.

Le monde des affaires aux couleurs anglo-saxonnes

 « Une langue différente est une vision différente de la vie », affirmait Federico Fellini. Cela traduit l’importance pour tout travailleur d’apprendre une nouvelle langue. Cette réalité est valable pour toutes les langues et pour l’anglais spécifiquement. Les entreprises sont de plus en plus enclines à embaucher les employés bilingues afin de faire face aux besoins du marché. La plupart des gros investisseurs sont des étrangers. Chinois, arabes, américains ou brésiliens, tous les partenaires d’affaires s’expriment couramment en Anglais. Il est donc impérieux pour un PDG d’entreprise d’avoir une assistante de direction qui s’y connaît également. Elle pourra suppléer ses propres carences. Les chiffrent parlent mieux de l’urgence pour les entreprises de recruter du personnel anglophone. Si l’on s’en tient au dépouillement IPSOS concernant une étude sur le sujet, le besoin est plus qu’alarmant que prévu. 81% des sociétés sondées en France, projettent recruter des employés bilingues dans les prochaines années. 78% attestent en avoir recruté ces dernières années. Ces mêmes études précisent que le besoin en personnel bilingue des sociétés ne concerne pas que les postes de conception. Hormis les cadres, les apporteurs d’affaires et les assistants de direction, les ouvriers et autres techniciens doivent désormais savoir parler l’anglais. Les entreprises n’ont d’ailleurs plus le choix. Si elles comptent survivre dans un milieu très concurrentiel, elles doivent se tourner vers le commerce international. L’implantation des filiales dans toutes les régions du monde devient dès lors la seule issue de secours. Si vous n’avez pas encore l’aptitude de parler la langue anglaise, vous risquez certainement de perdre votre emploi d’un jour à l’autre. Vu que le taux de chômage est galopant, il serait regrettable de se retrouver dans une telle situation alors qu’on a les compétences intrinsèques pour occuper le poste. Vous devez vite vous inscrire à un cours d’anglais pour vous montrer compétitifs sur le marché de l’emploi.

Se mettre à l’apprentissage de l’anglais

Il n’est plus possible à un travailleur de se remettre sur les bancs de l’école afin d’apprendre l’anglais. D’ailleurs les cours d’enseignement général n’offrent que des notions évasives de la langue anglaise. Or le monde des affaires dispose de son code de communication assez particulier. En plus le délai d’apprentissage est assez réduit, vu l’urgence de la cause. Le salarié doit alors s’adresser à des spécialistes de formation en langue anglaise, pour vite se mettre à niveau. Vous pouvez prendre des cours d’anglais privés pour tenir lors d’une conversation téléphonique avec le partenaire d’affaires de votre employeur. Avec ce type de cours, vous aurez les rudiments nécessaires pour comprendre les nuances de la langue lors d’une négociation d’affaires. Votre partenaire voudra bien obtenir plus d’avantages que votre société lors de la conclusion d’un contrat. Pour intelligemment comprendre les subtilités introduites dans les clauses d’un texte rédigé en anglais, les cours privés vous aideront.  Pourquoi ne pas penser également postuler à un poste international ? Vous rêvez certainement de toucher un gros salaire. Le moyen le plus sûr d’y arriver est de vous mettre au recyclage pour décrocher ce poste qui vous fait rougir d’envie. La mention bilingue sur votre CV vous distinguera des autres postulants.

Impact de l’anglais sur la carrière du salarié

La maîtrise de l’anglais par le travailleur peut revaloriser ses compétences et le positionner à un poste jamais imaginé.  Quel employeur ne serait pas ravi d’avoir à ses côtés un travailleur d’origine francophone, mais qui manie l’anglais à sa guise ? Cet atout peut booster à tout point de vue la carrière du salarié.

  • Une flopée d’opportunités

Rares sont les travailleurs bilingues qui sont au chômage en France.  Les employeurs guettent sur les CV, la moindre mention concernant la langue anglaise. Surtout les multinationales qui proposent des rémunérations mirobolantes, sont à la quête de cette catégorie d’employés.  

  • Des primes supplémentaires

Vous pouvez également bénéficier d’une prime supplémentaire pour votre maîtrise d’anglais. Selon les pratiques dans les entreprises françaises, certains salariés qui parlent anglais gagnent 18% en plus de leur salaire. C’est une incitation à l’endroit des autres collaborateurs. S’ils désirent gagner autant, ils devront se mettre aux cours d’apprentissage de l’anglais.

  • Une longueur d’avance sur la concurrence

Un salarié performant est celui qui actualise ses connaissances. Il pourra s’adapter à l’évolution des technologies utilisées dans son secteur d’activité. L’employeur sera ainsi épargné des frais de formation. Le salarié totalisera aussi moins de temps d’absence au travail pour cause de formation. Tout ceci n’est possible qu’avec les recherches sur internet. Il est évident que 80% des informations sur le web sont en anglais. Une enquête diligentée par la commission européenne confirme d’ailleurs cette thèse.

Les cours privés et le TOEIC

Dans le besoin pressant d’embaucher du personnel bilingue, certains recruteurs font passer des tests aux candidats remplissant les conditions : le TOEC. Le tout ne suffit donc parler l’anglais. Il faut surtout connaître le vocabulaire des affaires. Les centres pour cours privés en anglais vous donneront les astuces nécessaires pour réussir ce test et intégrer la société de vos rêves.

Qu’est que le TOEIC ?

Le TOEIC est un sigle qui signifie en Anglais « Test Of English for International Communication ». C’est un examen reconnu de par le monde et qui atteste de l’aptitude d’un salarié à tenir une conversation d’affaire en anglais. Il apprécie 3 niveaux de compétences. Le TOEIC Speaking and Writing vérifie la capacité du candidat à bien écrire et parler l’anglais. Le TOEIC Listening and Reading évalue votre aptitude à lire l’anglais et à comprendre votre interlocuteur. Enfin, le TOEIC Bridge qui jauge le niveau de compréhension écrite et parlée de l’anglais par un candidat débutant.

Que vaut le TOEIC sur un CV ?

Si vous suivez assidûment vos cours privés d’anglais, vous serez en mesure de passer avec succès ce test qui se passe régulièrement en ligne. Il est assorti d’une attestation qui prouve votre parfaite maîtrise de l’anglais parlé et écrit. Vous pouvez mentionner cette aptitude sur votre CV. Certaines firmes internationales apportent du crédit à ce test. Il est internationalement reconnu. C’est un atout décisif pour un candidat qui se retrouve parmi d’autres concurrents ayant le même profil que lui.

L’anglais : une plus-value professionnelle

Dans le monde du travail, la maîtrise de l’anglais bonifie les compétences d’un travailleur. C’est un critère dont raffolent la majorité des entreprises françaises. Les cours privés vous aideront à obtenir le statut de salarié bilingue et passer un autre cap.

 

 

related posts