Home Uncategorized Droit à l’image : les principes et les règles applicables

Droit à l’image : les principes et les règles applicables

by Kévin

Le droit à l’image est directement lié au droit fondamental qu’est le droit à la vie privée. Une image est une représentation physique d’une personne, telle qu’une photographie, une vidéo ou une peinture, dans laquelle la personne est clairement reconnaissable. Il est important de ne pas confondre les droits d’auteur et les droits de reproduction. La première concerne la personne représentée, tandis que la seconde concerne la personne qui a créé l’image.

En quoi consiste le droit à l’image ?

Le principe de base est que l’utilisation ou la diffusion d’une image nécessite le consentement de la personne concernée. Toutefois, certaines images ne nécessitent pas de consentement (pour autant qu’elles ne portent pas atteinte à la dignité de la personne représentée). Il s’agit notamment :

  • des images d’actualité susceptibles d’être publiées sans l’autorisation du participant au nom du droit à l’information ou à la création artistique ;
  • des images de personnalités publiques (par exemple, des représentants élus) dans l’exercice de leurs fonctions, mais seulement s’ils sont utilisés à des fins d’information ;
  • des images illustrant des sujets historiques.

Ces exceptions découlent du contexte dans lequel l’image a été prise et de la manière dont elle est utilisée. Vous pouvez suivre ce lien pour en savoir plus sur les limites du droit à l’image.

Comment caractériser l’atteinte au droit à l’image ?

Le droit à l’image étant un attribut de la personnalité, toute personne peut accorder ou refuser l’autorisation d’utiliser son portrait. L’utilisation de l’image des mineurs est également soumise à autorisation.

Utilisation d’images d’adultes

Si vous êtes reconnaissable sur l’image, vous devez donner votre consentement écrit pour l’utilisation de cette image. Le consentement à être photographié n’est pas suffisant. Toutefois, l’appréciation de la reconnaissance dépendra du fait que l’image a été prise dans un lieu public ou privé.

Si l’image est prise dans un lieu public, une autorisation est nécessaire si elle est isolée et reconnaissable. En cas de tournage dans un lieu privé, l’autorisation n’est requise que si la personne est reconnaissable.

Utilisation d’images de mineurs

Comme pour l’utilisation d’images d’adultes, l’utilisation d’images de mineurs est soumise à autorisation. Une autorisation écrite des parents ou du tuteur légal du mineur est requise. En effet, le contrat droit d’image permet à une personne de donner à un tiers le droit d’utiliser son image pour sa création visuelle ou audiovisuelle. Si des images de mineurs de moins de 16 ans sont diffusées sur des plateformes de vidéo en ligne, cette activité est soumise à certaines restrictions.

Quelles sont les limites du droit à l’image ?

Le droit à l’image a également ses limites. En effet, il est relégué au second plan par rapport au droit d’accès à l’information. Cette section fournit donc un résumé clair du champ d’application de ce pouvoir que les individus peuvent avoir sur les images les concernant.

Pour les célébrités

La première limite concerne toujours le caractère public du personnage. Certaines personnes perdent automatiquement leurs droits d’auteur en raison de leur travail. Leur profession et leurs activités professionnelles limitent donc l’application du droit à l’image. Il est important de noter qu’une personne est dite célèbre si la profession qu’elle exerce est connue (cas des acteurs, chanteurs et mannequins). Les personnes qui jouent un rôle important dans la société (par exemple, les ministres ou le président de la République) sont également considérées comme des personnalités publiques. Les réseaux sociaux représentent une nouvelle barrière à l’application du droit à l’image. Cela doit être reconnu avant de pouvoir revendiquer des droits allant au-delà de la publication de photographies. La question se pose de savoir si cette liberté des réseaux sociaux est applicable à l’échelle mondiale.

Les couvertures médiatiques

La deuxième limitation du droit à l’image est le caractère public et général de la photographie. Même si le visage d’une personne est sur la photo, si elle n’est pas en gros plan, elle ne peut pas intenter de procès pour le droit à l’image. Dans la plupart des cas, il s’agit d’images informatives. Ils sont destinés à informer le public sur des faits et des événements importants. Le droit à l’information découle de la liberté d’information. Ce principe est inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. A priori, il s’agit d’un droit accordé au public à l’égard des informations détenues par le gouvernement. Cependant, elle s’applique également à tous les citoyens individuels de tous les pays.

Que faire si votre droit à l’image n’est pas respecté ?

Si votre image a été diffusée à votre insu, vous pouvez exiger qu’elle soit retirée. Vous pouvez d’abord contacter l’auteur de l’émission ou le responsable du site, puis la CNIL et enfin engager une action en justice.

Demander à l’auteur de retirer l’image

Si vous n’avez pas explicitement consenti à la diffusion de l’image et que vous pouvez être identifié, vous pouvez arrêter la diffusion. Avant de saisir la justice, vous pouvez contacter la ou les personnes du site où l’image a été diffusée et formuler votre demande de retrait par écrit.

Demander le retrait d’une image au tribunal

Si l’auteur ou le responsable du site ne prend pas les mesures nécessaires pour retirer l’image, vous pouvez porter l’affaire devant les tribunaux. Si les conditions sont remplies, un juge peut ordonner le retrait de l’image. Si vous avez subi un préjudice à la suite de cette publication, vous pouvez également demander une indemnisation. Parallèlement à cela, une plainte peut également être déposée si une photographie ou une vidéo a été prise ou si l’image a été diffusée sans autorisation.

S’adresser à la CNIL

Si votre image a été diffusée sans votre autorisation, vous pouvez aussi déposer une plainte en ligne auprès de la CNIL. Après avoir déposé cette plainte, la CNIL peut enquêter sur les questions relatives à la protection de vos données personnelles. Toutefois, elle ne peut pas établir le préjudice subi et ne peut pas accorder de dommages et intérêts.

Comment se protéger contre les atteintes au droit à l’image : Facebook ?

Les photos et vidéos publiées sur Facebook concernent principalement la vie privée et sont donc sensibles. Bien que les droits d’auteur soient protégés sur Internet, il est préférable de se protéger contre d’éventuelles infractions. C’est pourquoi il est essentiel de définir vos paramètres de confidentialité sur Facebook. Par défaut, votre compte est public et tout le monde peut accéder à vos informations et à vos photos. Il est ainsi facile pour les gens d’utiliser vos photos sur Facebook sans votre autorisation et de porter atteinte à vos droits d’auteur. Vous pouvez régler vos albums photo pour que seuls vos amis y aient accès. Si quelqu’un crée un faux profil sur le réseau social à partir de votre photo, vous pouvez déposer une plainte pour vol de votre identité numérique.

Protection du droit à l’image sur Internet

Si vous êtes victime d’une atteinte à votre droit à l’image sur l’internet, vous n’êtes pas sans recours. Demandez à la personne qui a publié l’image de la retirer par tout moyen, y compris par message privé. Vous avez parfaitement le droit de vous opposer à la publication de votre image. Si vous souhaitez que la publication soit retirée, vous pouvez contacter l’administrateur du site. Les réseaux sociaux disposent souvent de formulaires dédiés. Sur Facebook, par exemple, vous pouvez facilement signaler une atteinte à votre droit à la publicité. En l’absence de réponse dans un délai de deux mois, la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) peut être saisie. En cas d’urgence, le dossier peut être transmis à un juge des référés. Il peut ordonner immédiatement le retrait des images litigieuses et vous accorder des dommages et intérêts. Si l’image porte atteinte à votre vie privée, vous pouvez intenter un procès pour atteinte à la vie privée.

related posts