Home Entreprise Bien-être au travail et hyperconnectivité : comment gérer ?

Bien-être au travail et hyperconnectivité : comment gérer ?

by

L’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication présente aussi bien des avantages que des inconvénients. En effet, elles permettent d’un côté aux employés de gagner en efficacité et aux entreprises de gagner en productivité. En revanche, l’hyperconnectivité constitue de l’autre côté l’un des revers de cette innovation, car mettant en péril le bien-être au travail. Il importe alors d’apprendre à gérer de la meilleure des manières le problème de l’hyperconnectivité. Découvrez dans cet article comment s’y prendre.

L’hyperconnectivité au travail : qu’est-ce que c’est ? 

L’hyperconnectivité au travail désigne l’utilisation de manière excessive au travail des nouvelles technologies et le temps considérable qui y est accordé. Généralement, on parle d’hyperconnectivité lorsque l’on passe plus de 4 heures et 22 minutes derrière les écrans (téléphone, tablette ou ordinateur). 

Or, l’hyperconnexion à ses origines avait une vocation noble. Elle permet aux salariés de travailler à domicile à tout moment selon leur volonté afin de gagner plus de temps dans la réalisation des tâches.

Malheureusement, le niveau d’utilisation est quelque peu abusé dans le monde professionnel. Dans le milieu professionnel, elle se manifeste par une grande sollicitation du salarié, surtout en dehors de ses heures de travail. Vérification constante des e-mails, le téléphone jamais éteint, disponibilité 24 h/24 et 7 j/7 deviennent le quotidien des salariés.  

Ces derniers sont submergés par une tonne d’informations en provenance de toutes les plateformes imaginables et survolent rapidement les tâches. Résultat des courses, la frontière entre la vie privée et la vie professionnelle disparaît petitement. Et cela constitue un véritable fléau pour les entreprises.

L’hyperconnectivité : un frein à la productivité et au bien-être au travail

Cette dépendance aux smartphones et aux écrans en général n’est pas sans conséquence sur la santé de l’homme et sur le rendement de l’entreprise. Elle constitue un grand empêchement pour la productivité des travailleurs de l’entreprise. En effet, l’hyperconnectivité au travail agit sur la capacité de concentration des travailleurs, ce qui entraîne une baisse de la productivité. 

Ces derniers sont exposés à une surcharge d’informations et ont des difficultés à s’organiser dans les tâches. On parle souvent « d’infobésité » pour désigner ce phénomène qui touche quasiment tous les travailleurs au sein des entreprises. 

L’hyperconnectivité au travail entraîne aussi un éclatement du collectif et la dépendance à la simulation. C’est de même un vecteur de stress et de burn-out puisque beaucoup ne parviennent pas à faire une démarcation entre la vie privée et professionnelle. En réalité, les employés se retrouvent envahis par les mails et le travail sans avoir vraiment la possibilité de s’accorder du repos.

De plus, la santé du travailleur est constamment menacée par des maux comme la fatigue oculaire et les maux de tête. En plus de ces risques pour la santé, l’hyperconnectivité favorise la sédentarisation, le repli sur soi. L’obésité et les maladies cardio-vasculaires sont des maux qui peuvent miner la vie des employés. Une gestion assidue de l’hyperconnexion est donc nécessaire afin de s’épargner ces problèmes.

Les chiffres sur l’hyperconnectivité au travail

Les chiffres sur l’hyperconnectivité au travail sont alarmants, ce qui démontre son impact négatif sur la vie des salariés et celle des entreprises. Selon un sondage de BVA, de nombreux employés, y compris les cadres, dépassent les 4 h 22 minutes de connexion. Certains vont même jusqu’à atteindre 7 h 13 minutes de connexion intense. 

La vie personnelle de près de 80 % des employés est aussi en péril. Ces derniers passent la majorité de leur temps à la maison à consulter leur messagerie et ceci pendant les jours de congé. Malheureusement, ils répondent bien évidemment aux sollicitations qui en découlent et relèguent leur vie personnelle au second rang. Le bien-être du travailleur prend un grand coup ; pareillement pour sa relation de couple et amicale. 

L’impact de l’avènement du droit à la déconnexion

L’introduction de la loi sur la déconnexion dans le code du travail en 2019 constitue une bouffée d’air frais pour les employés. Cette loi est apparue peu après la mise en place des négociations obligatoires portant sur la démarche Qualité de vie au travail (QVT). Son objectif consiste à protéger les travailleurs en veillant au respect des heures de travail. 

Le droit de déconnexion promeut le respect de la vie privée du salarié et une conciliation avec la vie professionnelle. Selon cette loi, le travailleur ne doit pas être sollicité pendant ses heures de repos ou de congés. L’employé a l’obligation de préserver sa santé et sa sécurité en créant un cadre pour son épanouissement et en luttant contre son épuisement. 

Ainsi, le temps de repos indiquer selon les règles est de 11 h minimum par jour. En outre, la rédaction d’une charte de la déconnexion est désormais imposée aux entreprises ayant plus de 50 salariés. La charte en question doit prévoir plusieurs déconnexion numérique au cours de l’année pour les salariés de l’entreprise. 

La gestion de l’hyperconnectivité et du bien-être au travail

Assurer une bonne qualité de vie au travail et veiller à l’application de la loi sur la déconnexion sont des tâches qui incombent au manager. Une bonne gestion de l’hyperconnectivité contribue énormément à la réussite de la politique Qualité de vie au Travail de votre entreprise. Et pour parvenir à tenir efficacement ce rôle, il vous faut faire preuve de rigueur et de sérieux. 

Une sensibilisation des salariés sur les risques encourus est aussi à envisager. Autrement, il devient impossible pour l’entreprise d’obtenir des résultats fiables et probants. Vous devez, concrètement, mener des actions concrètes comme celles détaillées ci-après. 

  • Établir une to-do-list

Une to-do-list est un outil incontournable pour gérer sa vie professionnelle et personnelle. Parvenir à rédiger une liste des choses à faire dans la journée est une stratégie qui peut aider dans la gestion de l’hyperconnectivité. Il vous suffit de respecter à la lettre la planification des tâches à réaliser avec votre connexion pour en tirer un grand profit. 

Vous pouvez aussi initier vos employés à cette stratégie pour éviter d’avoir encore à travailler à la maison. Pour parvenir à gagner en efficacité, vous pouvez prioriser les tâches urgentes et laisser celles qui ne le sont pas pour une prochaine fois. De cette façon, vous aurez beaucoup moins de stress et moins envie de vous servir de vos appareils. 

  • Initier des heures de pause

Prendre une pause constitue un excellent moyen pour gérer le problème de l’hyperconnectivité. En réalité, il est important d’apprendre à détecter les premiers signes de fatigue mentale et de stress. Cela vous permet de lâcher prise un moment afin de refaire le plein d’énergie. À vrai dire, contrairement à la pensée commune, la productivité n’est pas forcément liée au temps passé sur ses écrans. 

Maintenant que vous avez connaissance de cela, vous devez imposer une réelle déconnexion des écrans. Le plus important est de prendre du temps pour vous en écoutant de la musique ou en faisant une autre activité. Accordez-vous du temps, mais aussi à vos subordonnées pour leur permettre de se ressourcer également.

  • Privilégier le travail d’équipe

En dehors de la pause-déjeuner sans connexion, vous devez, encore plus, jouer votre rôle de manager dans la répartition des tâches. Votre priorité sera d’inciter vos collaborateurs à travailler ensemble sur des projets physiques. Vous devez créer un espace dédié pour l’occasion afin de rassembler vos collaborateurs. En privilégiant le travail d’équipe, vos collaborateurs pourront nouer des relations et confronter les idées qui permettront de développer votre structure. 

En addition, vous pouvez créer des évènements pour les rassembler et forcer le contact physique. Procéder de cette façon a pour objectif de détourner les yeux de vos employés des écrans. En tout cas, pour au moins un bout de temps. 

  • Apprendre à se déconnecter mentalement

L’hyperconnectivité engendre indubitablement une addiction et une forte dépendance. Et très souvent, il devient difficile de parvenir à s’en passer parce que le problème est beaucoup plus mental. L’impression d’avoir raté un mail ou oublier une tâche crée une grande charge mentale. 

Pour réussir à s’en sortir, vous devez privilégier le contact direct afin de libérer votre cerveau. Prévoyez des temps de silence pour vous ressourcer. Vous pouvez par exemple activer le mode avion sur vos appareils ou mettre un panneau « ne pas déranger sur votre bureau ». C’est peut-être une mesure extrême, mais elle est grandement efficace. 

  • Sensibiliser sur le respect de la frontière entre vie professionnelle et personnelle

Le travailleur perd tous ses moyens dès l’instant où sa vie professionnelle prend le dessus sur sa vie personnelle. Vous devez savoir établir une frontière stricte entre vos deux vies pour avoir la paix de l’esprit. Vous pouvez mettre vos appareils en mode « ne pas déranger » ou carrément les éteindre. Et en votre qualité de manager, vous devez arrêter de vouloir contacter vos équipes en urgence, surtout pendant leur période de repos. 

Pour être plus pratique, vous pouvez instaurer un couvre-feu entre 20 h du soir et 6 h du matin ; période durant laquelle vous ne devez pas solliciter vos employés. Car cela, en vrai, a tendance à accroître le niveau de stress et de l’anxiété chez ces derniers. Concrètement, apprenez à vos employés qu’il existe une autre vie en dehors des écrans dont ils doivent profiter au maximum. 

related posts