Home Finance Trading : et si nous devions donner une traduction ?

Trading : et si nous devions donner une traduction ?

by Kévin

Vous avez souvent entendu le mot trading, mais vous n’êtes pas sûr d’en connaître la définition ? Vous vous dites que vous auriez bien besoin d’une traduction ? Nous avons rédigé ces quelques lignes pour vous guider au mieux dans ce domaine.

Après avoir lu cet article, vous saurez enfin utiliser le mot « trading » correctement !

« Trading » : mais d’où vient ce mot ?

Comme on pouvait s’en douter, le mot trading vient de l’anglais. Littéralement, cela signifie « commerce ». Mais cette traduction directe ne permet pas de comprendre le concept qui nous intéresse ici. Du moins, elle n’en donne qu’une vague idée.

En effet, le mot « trading », quand on l’utilise pour le grand public, renvoie à une pratique personnelle. Cette pratique consiste à acheter et vendre instantanément des actions en espérant réaliser des bénéfices. Cela se fait par Internet, que ce soit sur smartphone ou sur ordinateur.

Mais attention à une nuance. Il ne faut pas confondre investir en bourse et trader. Si vous peinez à différencier les deux, voici une explication importante.

Le « trading » et l’investissement en bourse : quelle différence ?

Une confusion peut se nicher entre le trading et l’investissement en Bourse.

En soi, il y a des points communs. Mais il faut opérer la distinction suivante :

  • Le trading est une activité plus frénétique. Il s’agit d’acheter et de vendre des actions parfois très rapidement. Le récent boom des cryptomonnaies a rendu cette « activité » encore plus populaire même si elle reste dangereuse sans formation.
  • L’investissement en Bourse est une opération plus conséquente. Il s’agit de participer financièrement à l’essor d’une entreprise. Au contraire, cela peut consister à demander un investissement à des actionnaires.

En somme, on peut comparer le trading à un système de paris. Ceux qui s’y adonnent vont tenter de prédire l’évolution des cours. Ils vont jouer sur les probabilités pour tenter de suivre la meilleure piste. Comme un fan de course hippique remplirait sa fiche au PMU en se renseignant sur l’état des chevaux… celui qui pratique le trading, lui, va jauger les tendances boursières. Il va se baser sur certains indices, et parfois tenter le tout pour le tout. La notion de risque est significative en l’occurrence.

Le « trading » : ce qu’il faut savoir

À ce stade, vous avez sans doute compris notre traduction de l’expression trading.

Il nous reste à vous donner quelques conseils :

  • Si le trading vous intéresse, n’hésitez pas une seconde à vous former. Se lancer à corps perdu dans l’expérience peut conduire à l’endettement. Ou en tout cas à une déception. Il y a certaines bases à connaître pour ne pas se laisser submerger. Aussi, un cursus d’apprentissage digne de ce nom saura vous aider à maîtriser l’aspect psychologique.

  • Réfléchissez au modèle qui vous convient le mieux pour trader. Certains préfèrent tout entreprendre par eux-mêmes. D’autres comptent sur les logiciels d’automatisation, en se contenant de régler quelques paramètres au départ. Une chose est sûre : plus l’on s’implique, plus l’on peut affiner ses stratégies.

L’important, c’est que vous gardiez le contrôle sur vos opérations.

En effet, trader correctement peut vous permettre d’amasser de jolies sommes. Mais on ne saurait jamais être sûr d’atteindre ses objectifs.

Aussi, la rapidité des événements rend parfois l’évolution difficile à suivre. Il est important d’y aller progressivement, et de s’arrêter au bon moment.

Le « trading » : un terme parfois mal utilisé

Nous espérons avoir fourni des explications claires. En effet, certains internautes utilisent le mot « trading » à tort et à travers.

Quelqu’un qui fait entrer sa start-up en Bourse… ne s’adonne absolument pas au trading. En revanche, si les utilisateurs d’une application se mettent à spéculer sur les performances de l’entreprise… là, on peut utiliser ce terme !

Vous devriez en tout cas entendre souvent ce mot. C’est ce qu’on appelle un « anglicisme », et il fait désormais partie du langage courant. On pourrait certes vouloir s’accrocher à la langue de Molière… mais ce serait passer à côté de certaines sources. Tous les sites francophones utilisent le mot « trading », qui est le terme officiel en la matière. Tout simplement.

related posts