Home Entreprise Pourquoi ne pas créer votre propre entreprise ?

Pourquoi ne pas créer votre propre entreprise ?

by Kévin

Selon les statistiques de l’INSEE, au 4e trimestre de 2019, le taux de chômage est de 8,1 % en France. Il faut préciser que ce taux est établi selon les normes du BIT. Sinon l’effectif réel des personnes en cessation ou en maque d’emploi est plus important. À cela il faut ajouter les salariés qui ne sont pas épanouis dans leur travail. Toutes ces personnes cherchent des alternatives pour toucher des revenus conséquents. Comme on le dit souvent, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Il peut donc être intéressant de créer sa propre entreprise. L’idée semble osée, mais elle en vaut véritablement la peine. Voici quelques raisons qui vont peut-être vous donner envie de vous lancer dans l’entrepreneuriat.

L’entrepreneuriat : mieux vaut se donner du travail

Les chiffres liés au chômage croissent en dépit des dispositions prises par la société. Heureusement, les autorités ont compris qu’entreprendre peut aider à inverser la tendance. Cela s’explique par le fait que les entreprises sont des créatrices d’emplois et de richesse. En promouvant la création d’entreprise, l’État règle de nombreux problèmes. Le flux de chômeurs sera mieux absorbé et l’État trouvera davantage de ressources financières par le système fiscal. Les pouvoirs publics privilégient donc les pourvoyeurs d’emplois. Des facilités leur sont même accordées pour la réalisation de leur projet. La simplification des démarches administratives et la démultiplication des sources de financement favorisent désormais l’entrepreneuriat en France. Pourquoi ne pas se lancer dans cette aventure ? À quoi sert-il d’espérer un hypothétique emploi ? Si vous ne vous sentez plus bien dans votre travail actuel, vous avez toujours cette possibilité de créer votre propre entreprise. Si vous ne savez pas comment vous y prendre, les conseils de Mediadi peuvent vous être particulièrement utiles. Vous pouvez voir sur le site les meilleures astuces pour réussir votre nouveau projet.

Entreprendre : quels traits développer ?

Vous désirez devenir votre propre employeur. C’est donc le moment de vous forger une carapace de gagnant. Le secteur commercial est fortement concurrentiel et si vous n’êtes pas persévérants, vous risquez de vite écourter cette belle aventure. Voici le prototype d’un bon entrepreneur.

  • Un visionnaire

Un bon chef d’entreprise voit l’opportunité dans toutes les situations. Tandis que d’autres craignent d’investir dans un domaine connu comme étant difficile, lui sait exactement comment s’en sortir. C’est vers lui que tous les autres se tournent quand tout va mal. Il lui revient d’impulser l’esprit de gagne à ses collaborateurs. Il doit aussi être une source de motivation pour ses employés et savoir où il va et comment exactement y aller.

  • Un audacieux

De nombreuses personnes appréhendent l’entrepreneuriat parce qu’ils manquent d’assurance. Elles ont peur d’échouer et de se retrouver dans une situation pire que leur état initial. A contrario, un chef d’entreprise n’a pas peur de prendre des risques. Mais avant, il prend des mesures pour assurer ses arrières en cas d’échec. Il n’hésite pas à faire « l’impossible » pour mener son entreprise vers la réussite.

  • Un prévoyant

En plus d’être un visionnaire, le dirigeant d’une entreprise doit s’attendre à tout. Au cours de l’exécution de son business plan, il fera face à des impondérables. Il lui revient de réajuster les voiles de son navire pour ne pas faire volte-face. Aucune raison ne peut donc justifier l’abandon de son projet.

  • Un passionné

Il est toujours mieux de se lancer dans son domaine de prédilection. Faire ce que vous aimez vous poussera à consentir tous les sacrifices possibles. Avant que votre entreprise n’atteigne sa maturité, vous aurez du chemin à faire. Vous devez donc cultiver la patience et l’abnégation. Croyez surtout en ce que vous faites. Vous savez maintenant qu’il faut une attitude zen pour réussir dans l’entrepreneuriat. Comment réussir la création de votre société ?

Approfondir son idée d’entreprise

Toute entreprise part d’une idée principale. C’est cette idée principale qui pousse l’entrepreneur à trouver les voies et les moyens pour monter sa structure. Mais il serait imprudent de se lancer au vif. Votre objectif est de trouver les bonnes idées, celles qui vous assureront à coup sûr de bons résultats sur le long terme. L’angle sous lequel vous percevez votre entreprise doit être le plus rentable possible. Vous devez donc prendre le temps de bien réfléchir et de peser le pour et le contre avant de lancer votre projet. On dit souvent que c’est de la contradiction que jaillit la lumière, donc ne méprisez aucune suggestion. Le moindre détail pourrait être le déclic qui vous permettra de mettre en place une entreprise prospère. Vous pouvez également observer les manières de faire de vos futurs concurrents dans le but de recenser leurs qualités et leurs défauts. Cela peut vous aider à établir un meilleur planning.

S’inspirer des besoins de votre milieu

Pourquoi chercher loin ce qui est proche ? Si vous ne parvenez pas à trouver une idée d’entreprise, observez votre entourage. Il peut arriver qu’un de vos proches ou voisins exprime leurs besoins dans un domaine particulier, pourquoi ne pas tenir compte de ces besoins dans le choix de votre activité ? C’est d’ailleurs toujours mieux d’avoir ses proches comme premiers clients. Vous partez ainsi d’une base solide pour vous ouvrir au monde. Mais avant de vous lancer, discutez encore avec eux. Que pensent-ils d’une crèche dans le quartier par exemple ? Leur enthousiasme fondera votre décision.

Importer une idée qui marche

Vous pouvez copier ce qui se fait dans un pays voisin. Le plus gros avantage est que vous serez la première entreprise du genre en France. Il est toujours profitable d’investir dans un marché vierge. Votre entreprise bénéficiera de l’attrait du nouveau. Mais attention, faites preuve de délicatesse et d’imagination dans cette démarche. Sur internet, vous aurez l’occasion de vous renseigner sur les contours de cette entreprise. Informez-vous sur les difficultés de départ, la logistique nécessaire, le capital de départ. Il vous faudra ensuite faire une étude du marché local. Le résultat de ces études vous permettra de connaitre les modifications possibles que vous pouvez apporter à l’idée initiale, car ce qui marche ailleurs peut ne pas marcher en France. C’est la condition pour mieux l’adapter aux réalités de chez vous.

Se documenter

Des idées d’entreprise foisonnent dans les magazines. Vous pouvez vous abonner aux plus pertinents. Vous avez aussi la possibilité de vous inscrire sur des sites d’incubation virtuelle pour start-up. Des spécialistes vous donneront en ligne, la formation requise pour débuter votre nouvelle vie d’entrepreneur. Bien entendu, il ne s’agit ici que d’initiations théoriques. Mais elles sont nécessaires pour disposer d’un tableau de bord efficace. Cette liste n’est pas exhaustive. D’autres moyens aussi efficaces permettent de dénicher les bonnes idées d’entreprise. Le plus important est de ne pas se précipiter lors de cette phase de conception. Vous devez aussi vous informer sur les différentes formes d’entreprises que l’État français reconnait.

Entreprises : formes et caractéristiques

La classification des entreprises se fait selon leur taille et leur capital. En France on en distingue 5 types.

La PME

La France est un pays signataire du traité de l’Union européenne (UE). De ce fait, elle est engagée par les dispositions de cet organe faitier. Selon cette organisation, une Petite et Moyenne Entreprise (PME) emploie 50 à 250 salariés. Son chiffre d’affaires est plafonné à 50 millions d’euros. Le décret nº 2008-1354 du 18 décembre 2008 du gouvernement français renforce cette disposition.

L’ETI

En France, il existe aussi des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). La taille de ce type d’entreprise est limitée à 5000 salariés. Son bilan comptable annuel ne doit pas excéder 2 milliards d’euros. Une ETI est donc une grande entreprise qui n’a rien à voir avec une PME.

La TPE

L’État permet aux personnes à faibles ressources de créer leur société. C’est pour cela que la catégorie des Très Petites Entreprises (TPE) existe. L’UE fixe le nombre de salariés à 10. Le chiffre d’affaires de cette entreprise ne peut dépasser 2 millions d’euros. Vous pouvez opter pour cette forme de société si vous désirez devenir chef d’entreprise.

La PMI

Si vous désirez investir dans le secteur industriel, optez pour une PMI. La Petite ou Moyenne Industrie (PMI) est l’alter ego de la PME. Elles ont pratiquement les mêmes caractéristiques. Vous devez avoir 10 salariés au moins et 250 au plus, ainsi qu’un chiffre d’affaires inférieur à 50 millions d’euros. Mais vous ne devez investir exclusivement que dans la transformation des biens.

La GE

Une entreprise à plus de 5000 salariés est une Grande Entreprise (GE). La plupart des GE opèrent par sous-traitance. Elles disposent de gros moyens financiers pour gagner de grands marchés. À leur tour, elles les revendent aux PME plus chères.

Entreprendre : c’est le moment de se lancer

Vous avez longtemps hésité à vous lancer dans l’entrepreneuriat. Désormais, vous avez toutes les clés en main pour oser prendre des risques, car de toute façon rien n’est jamais gagné d’avance. Vous pouvez devenir maitre de votre destin si vous osez franchir le pas. Il vaut mieux risquer maintenant pour s’assurer une vie dorée et une retraite paisible.

related posts

Leave a Comment