Home Finance Crédit, énergie, automobile… Mais qui se cache derrière la montée économique du Sénégal ?

Crédit, énergie, automobile… Mais qui se cache derrière la montée économique du Sénégal ?

by Kévin

Le Sénégal est un pays de l’Afrique de l’Ouest bordé par la Mauritanie, le Mali, la Guinée et la Guinée-Bissau. Il est doté d’un climat tropical et sec avec une population de 15,4 millions d’habitants. Depuis plusieurs années, le pays enregistre une croissance économique non négligeable avec un regain de vitalité de la plupart des secteurs d’activité. Qu’est-ce qui explique donc cette montée économique du Sénégal ? Découvrez dans cet article le jeune sénégalais Khadim Bâ qui contribue fortement à la croissance de son pays.

L’économie du Sénégal

Le Sénégal est l’un des pays les plus stables de l’Afrique aussi bien sur le plan politique que sur le plan économique. En 2016, le pays est considéré comme la 29e économie d’Afrique et la 4e de la sous-région. Depuis quelques années, le pays enregistre l’une des croissances les plus fortes de l’Afrique avec une augmentation moyenne de son PIB de 5,4 %.

Ce dynamisme économique se justifie par l’accroissement élevé des investissements publics au cours des dernières années (12,5 %). À cela, il faut ajouter l’évolution à la hausse des exportations, associée à la multiplication des efforts dans les domaines de l’agro-industrie et de la pêche.

Ainsi, le pays d’Afrique occidentale a une économie principalement basée sur le secteur des services (tourisme, transport, construction, etc.), l’exploitation minière, l’agriculture et la pêche. Ces secteurs constituent les principales sources de revenus des populations dans les zones rurales.

L’économie du pays est très tournée vers les continents européen et indien avec la France, l’Inde, l’Italie, la Chine et les États-Unis comme principaux partenaires. En matière d’exportation, les principales industries du pays se chargent de :

  • l’extraction de phosphate ;
  • la pêche commerciale ;
  • la production d’engrais et l’exploration minière.

Le Sénégal bénéficie également d’une grande aide de ses partenaires techniques et financiers. Toutefois, le pays est confronté à de nombreux problèmes qui freinent son développement économique.

Les spécificités du crédit-bail au Sénégal

Le crédit-bail, encore appelé leasing constitue l’un des modes de financement d’immobilisations corporelles les plus courants aujourd’hui. Il ne cesse de se développer puisqu’il s’adapte très facilement aux besoins des entreprises qu’importent la taille et la nature de l’activité.

En réalité, le crédit-bail est un dispositif qui met en relation deux acteurs : une entreprise dite crédit-bailleur qui acquiert un bien et le met à disposition d’une autre (son client également appelé crédit-preneur). Cette dernière prend l’engagement de louer le bien sur une durée déterminée en échange d’un loyer. Le bien concerné peut être mobilier (véhicule, matériel de transport, machine industrielle, équipement informatique ou téléphonique, etc.) ou immobilier (terrain, bureaux, bâtiments).

Dans la majorité des cas, le leasing s’accompagne d’une option d’achat pour permettre au client d’acheter le bien plus tard s’il le désire.

Le crédit-bail est une activité plus ou moins ancienne au Sénégal. Elle a été autorisée dans le pays par le décret no 71-458 du 22 avril 1971. Ce dernier établit les conditions dans lesquelles une entreprise de leasing peut être créée et exercer une activité. La première compagnie du domaine, Locafrique a ainsi vu le jour en 1977.

Malheureusement, le secteur du crédit-bail a connu peu de progrès après 30 années. Il participait à peine au financement économique du pays avec une valeur de 5 milliards FCFA en 2009. On estimait même que le leasing et les opérations associées constituaient moins de 1 % des activités des institutions financières de crédit.

Il faut noter que ces problèmes étaient principalement liés à l’inexistence d’un cadre juridique bien défini puisque la seule loi existante ne précisait que les conditions de création d’une société de leasing. Une nouvelle réglementation a donc été adoptée le 3 janvier 2012 pour définir les caractéristiques et l’organisation du leasing au Sénégal. Il s’agit de la loi no 2012-02.

Ce nouvel arrêté juridique traite du champ d’application, de l’exécution du crédit-bail, des droits et des obligations de chaque partie. Ainsi, pendant la durée de la location, le crédit-bailleur reste le seul propriétaire du bien. Toutefois, le crédit-preneur peut soit renouveler le contrat soit acheter le bien à l’expiration de son engagement de bail s’il ne souhaite pas le restituer. Dans ce dernier cas, la valeur d’acquisition est déjà prévue dans le contrat.

Il faut noter que depuis l’adoption de cette loi, le crédit-bail a connu un grand essor au Sénégal. Aujourd’hui, le secteur fait partie des formes de crédit les plus appréciées des petites et moyennes entreprises.

Khadim Bâ

Aujourd’hui, on s’intéresse à Khadim Bâ de la société Locafrique et plus particulièrement à son développement et ses spécificités au sein du Sénégal.

Né le 9 avril 1983 à Dakar, Khadim Bâ est originaire d’une famille bien connue dans le milieu des affaires. Il est l’actuel président de la société Locafrique, une institution spécialisée dans le crédit-bail au Sénégal. Il a fait ses études supérieures dans la prestigieuse HEC de Montréal où il a obtenu son diplôme avec une spécialisation en gestion des hydrocarbures. Tout au long de son cursus au Canada, il n’a pas cessé de s’imaginer à quel point son pays pourrait être un géant de l’or noir en Afrique.

En effet, le jeune sénégalais avait pour ambition de faire de Dakar l’une des plus grandes zones de transit de pétrole en Afrique et d’augmenter ses capacités de raffinage. Après avoir brillamment terminé ses études au Canada, il décida de retourner dans son pays natal où il réussira à atteindre son objectif. Toutefois, il a été confronté à de nombreux défis tout au long de son parcours.

Khadim Bâ a fait ses premiers pas dans le monde professionnel au service Achat de la fonderie sénégalaise Sosestra en 2004. Il s’est ensuite dirigé vers la BMW AG Bank, une institution financière au profit des importateurs. Il est nommé responsable audit et réviseur-comptable au Cabinet Mayoro Wade alors qu’il était encore en stage à l’HEC de Montréal dans la société Energy Management Development Program (EMPD).

Il poursuit son parcours professionnel dans la vente des voitures de luxe à Dakar en tant que directeur général adjoint de l’enseigne Carrefour Automobile en 2006. Sa vie prend un autre tournant lorsqu’il reprend les rênes de Locafrique en 2010. Toutefois, son ascension ne s’arrête pas à la direction de la Compagnie ouest-africaine de Crédit-Bail puisqu’il est également le second vice-président de l’Association des Banques et Établissements Financiers du Sénégal.

En 2017, le jeune patron de Locafrique va réaliser son rêve de faire du Sénégal l’une des plus grandes zones pétrolières du continent africain. En effet, il rachète une partie (34 %) de la société africaine de raffinerie, la plus ancienne raffinerie de l’Afrique occidentale fondée en 1963.

Très altruiste, Khadim Bâ ne ménage aucun effort pour le développement de son pays. En effet, il ne cesse d’apporter sa contribution à l’essor de tous les secteurs de l’activité économique de son pays. Ne redoutant pas le risque, il s’est engagé dans l’accompagnement des jeunes sénégalais les encourageant à réaliser des projets innovants.

Père de 4 enfants, le jeune Sénégalais de 37 ans profite de toutes les occasions pour témoigner de son amour pour son pays. En mars 2020, il débourse à titre personnel près de 10 millions FCFA auprès du Téléthon pour la lutte contre le Covid-19. Grâce à ses nombreux efforts, Khadim Bâ est considéré, dans le mensuel Intelligences Magazine, comme l’un des « 50 jeunes Sénégalais qui font bouger le pays ».

Locafrique

Créée en 1977, Locafrique est la plus ancienne des compagnies de crédit-bail en Afrique de l’Ouest. L’entreprise a pour principal objectif d’accompagner les jeunes africains à réaliser des projets innovants qui contribuent au développement du pays. Par ses efforts de financements, elle aide les entreprises dans la réalisation de leur projet dans les différents secteurs de la vie économique : transports et logistiques, énergies renouvelables, BTP, santé, agro-industrie, télécommunications et numérique.

De plus, la société sénégalaise offre un large éventail de services à ses clients. Il s’agit notamment du crédit-bail classique, des prêts de financement adaptés à la nature de l’activité et des campagnes de financement. Elle propose également de la vente à crédit et de la location avec option d’achat sur le marché automobile.

Locafrique constitue un véritable partenaire pour ses clients. Elle leur propose un service de très grande qualité avec un très bon accompagnement. Elle met à la disposition des entreprises et des entrepreneurs un conseiller qui se charge d’écouter leurs besoins et leurs attentes. Ce suivi personnalisé lui permet de mieux étudier le dossier de ses clients afin de leur proposer des services répondant aux contraintes de leur activité.

Avec plus de quarante années d’expérience dans le domaine du crédit-bail et du leasing, Locafrique constitue une référence du domaine en Afrique de l’Ouest. Elle est également le premier établissement financier sénégalais à caractère bancaire.

Avec l’accession à la direction de Khadim Bâ, l’entreprise a connu de grands progrès depuis 2010. En 2013, elle signe un accord de dix ans avec l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), sur le programme Feed the future Initiative. Ce partenariat qui renforce ses activités offre des garanties de prêt pour les agriculteurs sénégalais qui souhaitent acquérir de l’équipement agricole.

Ces dernières années, l’agriculture est devenue l’un des secteurs les plus privilégiés de l’institution financière. En effet, grâce à l’engagement de son directeur, Locafrique a réussi à mobiliser environ 12 milliards FCFA au profit des producteurs agricoles, notamment ceux de la vallée du fleuve Sénégal. Depuis l’année 2015, la société assure également le financement des différentes campagnes d’acquisition de graines de la Sonacos.

En 2018, le directeur général de l’entreprise annonce le lancement du programme LNG to Power avec une disponibilité de financement de 417 milliards FCFA. Cet investissement a pour principal objectif de favoriser le changement du gaz liquéfié en électricité pour couvrir sans coupure les besoins en électricité de l’ensemble de la population. Le projet permettra également de réduire les coûts de consommation afin d’améliorer le rendement des entreprises.

Locafrique se présente donc comme une entreprise qui participe activement à l’essor du pays. Sous la conduite efficace de son directeur général Khadim Bâ et de sa pugnacité, elle associe convenablement expérience, professionnalisme, expertise et écoute attentive pour apporter une réponse adéquate aux besoins de ses clients dans un monde en constante mutation.

Le développement du Sénégal

Comme mentionné plus haut, le Sénégal est un pays stable économiquement, politiquement et socialement. Il connaît une croissance économique des plus grandes avec une amélioration constante de l’amélioration des conditions de vie des habitants.

Avec la pandémie du COVID-19, la dynamique du pays a connu une baisse en 2020. En effet, les perspectives du pays ont fortement changé avec une croissance ralentie à un taux de 1,3 %. Cette situation s’explique principalement par la diminution des recettes du secteur des services qui a été le plus touché. Néanmoins, le pays a su réagir en adoptant des mesures adéquates pour protéger ses habitants.

À présent, il est davantage question de reprise économique. Après une année 2020 pas très rentable, le Sénégal a encore de défis à relever. L’objectif principal de développement consistera sans doute à réduire les effets socio-économiques de la crise sanitaire liée au COVID-19. Le pays doit aussi promouvoir une croissance économique durable et inclusive en renforçant le capital humain et en améliorant la compétitivité des entreprises.

related posts

Leave a Comment