Home Entreprise Comment démissionner de son poste de travail en toute légalité ?

Comment démissionner de son poste de travail en toute légalité ?

by Kévin

Votre employeur ne vous paie-t-il pas bien ? Avez-vous trouvé un nouveau job plus rentable ? Vous ne vous sentez pas à l’aise à ce poste ? Il existe mille et une raisons de démissionner de son poste de travail. Cependant, si votre démission n’engage que vous à priori, il existe des façons plus adéquates de la faire sans offenser aussi bien votre employeur que vos collègues. À cet effet, comment démissionner de son poste de travail de façon raisonnable ?

Démissionner de son poste de travail est un acte bien pensé

Pourquoi est-il important de ne pas démissionner sur un coup de tête ? Comme vous pouvez l’imaginer, trouver du boulot que ce soit en France ou ailleurs n’est pas une sinécure. À cet effet, dès lors que vous trouvez un poste qui est certainement envié par d’autres personnes, autant le garder jalousement. Néanmoins, face à certaines situations, seul le choix d’une démission s’impose au salarié. Et c’est à ce niveau qu’il convient de bien réfléchir avant de poser un tel acte. Car une démission n’émane que de vous, de votre propre volonté de partir de la structure qui vous a embauché. De ce fait donc, vous ne pourriez prétendre à certains avantages. Ainsi, une démission se différencie d’un licenciement, d’une rupture conventionnelle ou encore d’un licenciement pour motif personnel. À cet effet, quels sont les motifs pour lesquels une démission serait intéressante ?

Ces raisons pour lesquelles vous pouvez démissionner

La démission est un acte volontaire et non équivoque. Cela voudra dire que c’est une décision unilatérale qui est justifiée par des raisons personnelles avouables ou non. Ainsi, sans que vous ne soyez contraint d’avouer les causes de votre départ à votre employeur, voici quelques bonnes raisons de signifier sa démission :
  • changer de secteur d’activité ;
  • un salaire bas ;
  • changer de région ou de pays ;
  • une nouvelle stratégie d’entreprise qui ne vous convient plus ;
  • une atmosphère peu collégiale ;
  • etc.
En effet, ces diverses raisons peuvent dans l’un ou l’autre des cas être de bons motifs pour déposer le tablier. Néanmoins, chacune d’elles a sa particularité. Ainsi, le fait de changer de secteur d’activité pourrait sous-entendre que vous voudriez aller vers de nouveaux challenges. Par contre, un salaire bas suppose que vous ayez trouvé un poste où vous seriez mieux rémunéré. À cet effet, si votre employeur vous proposait brusquement une augmentation de salaire, il soit donc fort probable que vous restiez. Ainsi, donner sa démission consiste à réfléchir en amont sur ce que vous voulez réellement. À titre d’exemple, une atmosphère peu collégiale ne changera pas, même avec une augmentation de salaire. Veuillez donc bien réfléchir !

Ces cas qui peuvent être considérés comme étant une démission

Contrairement à une démission clairement énoncée, certaines attitudes du travailleur peuvent être considérées par l’employeur comme étant un acte de démission. Ainsi, les absences injustifiées et les désertions de postes après modification du contrat de travail sont des motifs pour l’employeur pour enregistrer votre démission. Mais, avant d’en arriver là, votre patron doit respecter une certaine procédure. À cet effet, au cas par cas on a :

Absences injustifiées : Lorsqu’en tant qu’employé, vous vous absentiez à votre lieu de travail, cela n’est pas perçu automatiquement par votre employeur comme étant un acte de démission. À cet effet, ce dernier est dans l’obligation de vous envoyer une mise en demeure de reprise de travail et à défaut de réponse prend acte de votre démission. Cela est d’autant plus important si vos absences au travail ont été observées après un congé payé ou un congé maladie.

Désertion après modification du contrat de travail : dans ce cas, vous reprochez certainement à votre employeur d’avoir modifié le contrat de travail qui vous lie ou d’avoir modifié les conditions de travail… Dans l’un ou l’autre des cas, la désertion prolongée à votre poste de travail est perçue comme une démission, quand après votre désertion suit une embauche dans une autre entreprise. Ainsi, si le motif de désertion est lié au contrat en lui-même, votre employé sera dans l’obligation d’enclencher une procédure de licenciement avec tous les avantages auxquels vous devriez avoir droit. Néanmoins, si votre désertion porte plutôt sur les conditions de travail, la probabilité que vous soyez licencié pour abandon de poste est énorme.

Démissionner de façon professionnelle

Pourquoi est-il important de démissionner de façon professionnelle ? Démissionner n’est pas un acte barbare. C’est une question d’intérêt pour le poste que vous occupez. Ainsi, vous ne seriez ni la première et probablement pas la dernière à quitter votre poste si vos intérêts ne sont plus en jeux. À titre d’exemple, en 2016, la démission est de loin la première cause de rupture de CDI en France avec 56 % devant le licenciement pour motif professionnel (20 %). À cet effet, après avoir bien muri votre réflexion, vous pouvez à présent démissionner, mais de façon tout à fait responsable.

Comment donner sa démission ?

À priori, il n’existe aucune règle particulière pour donner sa démission. Néanmoins, on retient généralement qu’il serait plus professionnel de donner une lettre de démission avec accusé de réception ou d’aller directement voir votre employeur en premier lieu. Mais, la lettre de démission, dont vous trouverez des modèles sur ce site, vous permet d’exprimer clairement votre objectif sans pour autant être influencé par la stature de votre employeur. Elle est donc plus professionnelle. À cet effet, il est important que vous sachiez que dans votre lettre, vous n’êtes pas obligé d’énumérer les raisons de votre démission. Par ailleurs, veillez à ce que votre démission ne soit pas préjudiciable à la bonne marche de l’entreprise qui vous emploie, d’où l’importance du préavis. En effet, dans la société où vous travaillez, on compte certainement sur vous… Une démission avec effet immédiat donnera l’impression d’une volonté de votre part de nuire à votre employeur. Dans ce cas, on peut vous condamner à verser des dommages et intérêts à votre employeur en vertu de l’article L1237-1 du Code du travail.

Pourquoi donner un préavis ?

Donner un préavis avant de démissionner va aussi bien en votre avantage qu’en celui de l’employeur. Généralement, certaines personnes donnent un préavis de deux semaines. Cela permet en effet à votre employeur de chercher un remplaçant… Ce qui est bien pour toujours garder de bonnes relations avec votre patron, mais aussi pour peser le pour et le contre de votre décision. Ainsi, il est possible que vous vous rétractiez. Dans ce cas, la loi reconnait que tout acte de démission peut être annulé s’il est issu d’un mouvement d’humeur ou d’une pression particulière. Mais, la rétractation doit survenir dans un délai bref auquel cas votre acte de démission est consommé. Par ailleurs, la démission devient caduque si vous continuez votre travail après l’expiration du préavis et du délai des congés payés. En outre, si votre préavis est de deux semaines, il faudra le respecter. Faire des jours en moins peut vous causer des ennuis.

Dans quel cas, le préavis n’est-il pas important ?

Si, il est important de donner un préavis avant de démissionner, dans les cas suivants vous en êtes dispensé :
  • lorsque vous souhaitiez élever votre enfant après un congé de maternité ou d’adoption ;
  • lorsque vous êtes en état de grossesse médicalement constatée ;
  • lorsque vous êtes journalistes et que vous démissionnez en application de la clause de conscience ;
  • lorsque vous prenez un congé pour création d’entreprises ;
  • etc.

Ces bonnes attitudes que vous devriez avoir après votre démission

Comme dit un plus haut, la démission est une question d’intérêt. À cet effet, même quand vous démissionnez, il ne sert à rien de garder de la rancœur ou de vous moquer de vos collègues. Déjà, même avant votre démission, pour des raisons de respect et de considération, la première personne à être informé de votre volonté de quitter votre poste doit être votre patron. En outre, il serait bien de continuer de travailler pendant la durée de votre préavis comme vous le faisiez auparavant sans oublier d’être toujours cordial avec vos collègues. En effet, les bonnes relations doivent toujours être sauvegardées, et ce même après votre départ. C’est pourquoi, dans votre lettre de démission, respect, concision et courtoisie doivent aller de pair. Cela est d’autant plus important que votre nouvel employeur peut prendre de vos nouvelles chez votre ancien patron.

Démissionner dans un CDD

Est-il possible de démissionner d’un CDD ? À priori non ! D’ailleurs, la démission n’existe pas dans un CDD. Néanmoins, cela ne cause aucun problème si votre démission survient pendant la période d’essai ou que vous trouviez un autre CDD. Par ailleurs, dans bien des cas l’employeur et l’employé trouvent un compromis formalisé par écrit en vue d’entériner la démission.

related posts

Leave a Comment