7.8 C
Paris
lundi, février 26, 2024
AccueilFinanceS&P 500 : à la recherche d'un équilibre entre le contrôle du...

S&P 500 : à la recherche d’un équilibre entre le contrôle du fond

Date:

Histoires liées

Pourquoi une entreprise devrait investir dans un CRM ?

La question revient souvent dans les débats entre les...

Bien manager un service ou une équipe : Nos meilleurs conseils !

Contrairement à ce que vous pourriez penser, il n’existe...

L’équilibre délicat entre le contrôle du fondateur et la démocratie des actionnaires continue de façonner la gouvernance d’entreprise. Le S&P 500 accepte maintenant le changement et a décidé de coter des entreprises ayant des structures d’actions à double classe. Cet article explore la tendance croissante des structures d’actions à double classe et ses implications sur le contrôle du fondateur et l’influence des actionnaires.

Avec la tendance croissante d’adaptation des structures à double classe, la question se pose : pourquoi les entreprises émettent-elles des actions à double classe ? Une structure d’actions à double classe est quand une entreprise émet différentes classes d’actions ; ces actions ont des droits de vote et des paiements de dividendes variés. C’est devenu controversé car cela accorde à certains actionnaires, tels que les fondateurs, les cadres, ou la famille, des actions avec des droits de vote supérieurs (actions de classe A), tandis que le grand public détient des actions avec des droits de vote limités (actions de classe B).

 

L’adoption par les entreprises de structures à double classe a récemment connu une augmentation significative, avec Google d’Alphabet Inc. servant d’exemple éminent. Lors de l’introduction en bourse de Google, la décision d’émettre des actions de classe B aux fondateurs, leur accordant 10 fois plus de droits de vote que les actions ordinaires de classe A, a suscité la frustration de nombreux investisseurs. Cependant, malgré la controverse, Google a maintenu sa structure à double classe. Meta (anciennement Facebook), Zynga, Groupon et Alibaba ont également une structure à double classe.

Le S&P 500 accepte maintenant le changement

 

Les indices S&P Dow Jones ont apporté des modifications à leurs règles, permettant aux entreprises ayant plusieurs classes d’actions d’être incluses dans le S&P 500. Ceci marque un renversement de la position précédente du S&P en 2017, où il n’autorisait pas de telles entreprises, mais préservait les membres existants de l’indice ayant plusieurs classes d’actions. Parmi les entreprises qui pourraient maintenant être incluses dans le S&P 500 à la suite de ce changement de règle, on compte Blackstone, Dell Technologies, Airbnb, Snowflake, Snap, Workday et KKR.

 

Blackstone, le plus grand gestionnaire d’actifs alternatifs, a vu son cours d’action augmenter de 4,9 %, tandis Dell et qu’Airbnb ont également connu des gains. Auparavant, le S&P estimait que les structures à double classe ne respectaient pas une bonne gouvernance d’entreprise et limitaient le bassin de candidats potentiels à l’inclusion dans ses indices. Cependant, l’opinion sur Wall Street était que l’exclusion des entreprises avec des structures à double classe était restrictive et négligeait des entreprises notables, notamment dans le secteur technologique.

 

Actions de fidélité

 

Les actions de fidélité sont courantes sur le marché français, avec plus de deux fois plus d’entreprises adoptant cette structure que celles sans elle. Les actions de fidélité sont un type de structure à double classe où les actionnaires se voient accorder des droits de vote supplémentaires en fonction de la durée de leur détention d’actions, généralement deux ans. Par défaut, ces droits de vote de fidélité sont généralement accordés à moins d’être contestés par une majorité des deux tiers des actionnaires. L’idée est que tout actionnaire peut bénéficier de droits de vote supérieurs en détenant les actions plus longtemps.

 

Les deux faces des actions à double classe

 

Les structures d’actions à double classe offrent certains avantages, tels que la possibilité d’avoir une vision à long terme pour les entreprises et de potentiellement aider leur performance pendant les périodes difficiles. Ils offrent également une stabilité et un soutien grâce à des investisseurs dévoués qui ne peuvent pas facilement échanger leurs actions. Cependant, il y a des critiques valides des actions à double classe.

 

Elles peuvent être considérées comme inéquitables, créant une classe d’actionnaires avec moins de droits et concentrant le pouvoir sur quelques individus qui peuvent échapper à la responsabilité. Les gestionnaires détenant des actions de super-classe peuvent faire face à moins de contraintes, ce qui peut conduire à une mauvaise gestion et au transfert des risques financiers à d’autres. Dans certains cas, les structures à double classe ont facilité les abus et les décisions douteuses avec peu de répercussions pour ceux en positions de pouvoir.

 

Conclusion

 

L’adoption de structures d’actions à double classe reflète la lutte continue pour trouver un équilibre entre le contrôle du fondateur et la démocratie des actionnaires dans la gouvernance d’entreprise. Alors que ces structures peuvent offrir des avantages tels qu’une vision à long terme et la stabilité, elles soulèvent également des préoccupations quant à l’équité, la responsabilité et l’abus potentiel de pouvoir. La tendance des structures à double classe aux États-Unis, comme on le voit dans des entreprises comme Facebook, démontre l’attrait pour les fondateurs de maintenir le contrôle tout en permettant l’investissement public. Le débat entourant les actions à double classe souligne la nécessité de considérer attentivement les compromis entre le contrôle du fondateur et l’influence des actionnaires pour assurer un paysage d’entreprise juste et responsable.

Paris
pluie modérée
7.8 ° C
10.5 °
5.6 °
93 %
7.7kmh
100 %
lun
8 °
mar
11 °
mer
12 °
jeu
10 °
ven
10 °

Dernière