Home Management Comment se séparer d’un collaborateur sans détruire la relation ?

Comment se séparer d’un collaborateur sans détruire la relation ?

by
licencier

Si malgré vos tentatives de travailler dans les meilleures conditions possibles, vous estimez toujours qu’il est temps de vous séparer de votre collaborateur (employé, partenaire), voici quelques conseils pour rompre une relation de travail poliment sans ruiner votre relation.

Respecter les procédures

Le code du travail exige de suivre quelques formalités pour stopper toute collaboration professionnelle : spécifier clairement la cause du renvoi, remplir soigneusement le contenu des lettres obligatoires, respecter les préavis, honorer les divers frais à régler… Ne pas s’y conformer offrirait à votre collègue le pouvoir de vous poursuivre, vous obligeant ainsi à lui verser des dommages et intérêts. La réputation de votre entreprise en prendrait un coup et serait affreusement affectée par un éventuel procès. Les procédures diffèrent selon le type de contrat que vous avez signé.

Les différents types de licenciement :

  • motif économique,
  • motif personnel,
  • pour faute (simple, grave, lourde)
  • non-disciplinaire (inaptitude, incompétence).

Rester professionnel

Prenez la peine d’avoir une conversation professionnelle avec la personne pour lui faire part de vos inquiétudes ou de votre déception. Votre interlocuteur doit saisir que vous avez pensé à toutes les options possibles et que par malheur le renvoi est incontournable. Annoncez lui à ce moment-là que malheureusement vous êtes obligé de rompre votre collaboration. Sauf en cas de faute grave avérée, proposez-lui la rupture conventionnelle (si contrat CDD ou CDI) et au moins un mois de préavis pour les autres contrats (freelance, portage, intérim, etc.). Par principe, laissez le temps à votre collègue de se relever et de partir à la recherche d’un autre emploi. Une déclaration brusque aurait certainement des conséquences néfastes sur sa situation financière.

Préparez la réunion

Faites votre travail préparatoire. La personne sait-elle qu’il y a eu un problème ? Lui a-t-on donné l’occasion de changer et d’agir en fonction de la rétroaction ? Se faire licencier ne devrait jamais être une grande surprise.

Ensuite, identifiez l’environnement approprié pour la conversation. Ce devrait être un endroit privé où vous ne serez pas interrompu.

Enfin, réfléchissez à ce que vous voulez dire. Au lieu de préparer un discours écrit, concentrez-vous sur vos intentions. Donnez-vous la possibilité de penser à cette personne :  Quels résultats souhaitiez-vous obtenir ? Comment voulez-vous que l’autre personne se sente ? Comment devrez-vous vous présenter au cours de cette conversation pour offrir votre soutien ?

Pendant la conversation

Si vous avez bien réglé l’espace et fait votre travail préparatoire, les choses devraient se passer sans heurts. Le plus important ici est votre intention envers cette personne, votre énergie et votre présence. La façon dont vous considérez l’autre personne peut influencer ses croyances à son sujet, la conversation elle-même et le reste de sa carrière.

Considérez l’humain en face de vous. L’entretien pour rompre le contrat de travail peut être tendu, surtout s’il y a déjà eu des antécédents. Néanmoins, restez dans une position de leader, d’un bon manager, de celui qui fait sincèrement tout pour que ce moment désagréable pour vous deux se passe au mieux. Laissez le temps à votre collaborateur l’occasion de s’expliquer et d’exprimer tout ce qu’il ressent en étant réceptif à ses arguments. Adoptez une attitude compréhensive et un ton ferme dans vos échanges. Soyez limpide sur les problèmes au moment de cette entrevue. Même si l’instant est pénible à endurer, vous devez faire toute la lumière sur les raisons de cette rupture pour diminuer les tensions.

Voici quelques points à prendre en considération au cours de la conversation :

  • Reconnaissez le travail que cette personne a accompli au fil des ans, et qui elle est en tant que personne. Il est important de souligner efficacement les aspects positifs de la relation de travail et comment vous avez apprécié le partenariat. Une fois les retombées positives évoquées, parlez de toute différence de communication ou de vision, afin que votre collègue comprenne pourquoi vous ressentez le besoin de mettre fin à la relation de travail. La remise en cause de ses aptitudes et compétences est la chose la plus dure à entendre pour quelqu’un qui se fait remercier. Cela affectera forcément son moral et peut lui ôter toute envie de chercher un autre travail par la suite ou au contraire le booster pour changer de métier. Il est préférable d’avantager l’incompatibilité entre l’évolution de son profil et celle de la fonction pour atténuer les tensions.
  • Clarifiez les échéanciers, les ententes et les prochaines étapes (si vous les avez déjà établis) afin d’être sur la même longueur d’onde.
  • Demandez-lui ce dont il a besoin, ce qui lui faciliterait la tâche et quels types de soutien vous pouvez lui offrir au cours du processus de départ. Certaines entreprises, selon les circonstances, permettent aux employés de choisir leur propre calendrier de sortie et la façon dont les nouvelles sont communiquées à leurs pairs. Il y a des avantages et des inconvénients et c’est une question de leadership ; vous devrez décider de ce qui fonctionne le mieux pour vous.
  • Enfin, ne soyez pas surpris si la personne que vous virez est blessée ou en colère, s’il vous blâme ou s’il se tait – même s’il savait qu’elle venait. Peu importe à quel point on le gère intentionnellement, ça fait mal d’être licencié. Votre travail est de donner le meilleur de vous-même et d’être présent pour l’autre afin de contribuer à rendre l’expérience la plus humaine possible.

Les fautes graves reconnues par la loi du travail :

  • vols,
  • violences physiques,
  • destruction de matériel,
  • injures,
  • insubordination
  • dénigrements ou diffamations,
  • actes de concurrence déloyale,
  • rupture de confidentialité
  • violation des règles d’hygiène et de sécurité,
  • absences répétitives sans justificatif,
  • abandon de poste.

Terminer les actions en cours

Vous avez certainement des stratégies, des missions ou d’autres actions qui sont toujours en cours. Il est donc préférable de continuer à travailler ensemble sur les derniers livrables avant de fermer tout un chapitre avec votre collaborateur.
Peu importe les raisons, licencier ou arrêter de travailler avec quelqu’un, en dehors de son initiative personnelle, est toujours une démarche complexe pouvant diaboliser celui qui prend cette ultime décision. C’est d’autant plus difficile si le collaborateur en question a contribué à l’évolution de l’entreprise. Les conséquences sont souvent pénibles pour celui qui doit partir, car il aura le devoir de se reconstruire et de trouver de quoi rebondir. En parallèle, votre entreprise et les membres de l’équipe seront forcément impactés par ce départ, de manière positive ou négative. Pour restreindre les dégâts, cette démarche de rupture professionnelle se doit d’être gérée de la manière la plus humaine possible. Posez-vous juste une question toute simple : « Et si vous étiez à sa place, comment désireriez-vous que cela se déroule ? ». Si vous arrivez à répondre à cette question, vous n’aurez aucun mal à vous séparer correctement d’un collaborateur, tout en préservant une relation cordiale.

related posts

Leave a Comment