Home Entreprise Fonction achats : Quelles opportunités offre-t-elle dans les grandes entreprises ?

Fonction achats : Quelles opportunités offre-t-elle dans les grandes entreprises ?

by Kévin

En quelques décennies, la fonction achats a connu une progression spectaculaire. Les acheteurs ont vu leurs rôles évoluer au fil des ans. Ils ne se contentent plus de suivre les approvisionnements ; ils participent aussi désormais à la recherche des fournisseurs et à la négociation des contrats. Le métier a enregistré une professionnalisation accrue avec le boom d’Internet et l’apparition des outils modernes comme l’e-procurement et surtout l’e-sourcing. Les acheteurs représentent aujourd’hui des cadres stratégiques qui contribuent à la baisse des coûts et à l’augmentation des marges dans les entreprises. Cela leur garantit de belles perspectives de carrière. Ils peuvent prétendre aux postes de management les plus élevés dans de grandes sociétés.

Présentation de la fonction achats

La fonction achats représente l’ensemble des politiques, des dispositifs organisationnels, des ressources matérielles et humaines qui permettent à une entreprise de s’approvisionner en vue d’assurer sa production. En effet, peu de sociétés restent entièrement autonomes dans leur processus de fabrication. La plupart d’entre elles se procurent des biens et services indispensables à leur fonctionnement auprès d’autres structures. La fonction achats met en place et coordonne toutes les stratégies d’acquisitions en vue de minimiser les coûts et d’optimiser les marges. À ce titre, son rôle s’avère fondamental en matière de rentabilité et de compétitivité d’une entreprise. Elle a enregistré une évolution spectaculaire en quelques décennies. Originellement, elle s’intéressait uniquement à la passation des commandes. Ensuite, elle a commencé à intervenir dans les tractations. Cela a favorisé une professionnalisation indéniable du métier d’acheteur. Aujourd’hui, ce spécialiste joue un rôle stratégique, et la fonction d’achats constitue désormais un levier à la fois administratif, négociateur et technique. Elle ne vise plus uniquement la simple marche de l’entreprise. Elle cherche en permanence à réduire les coûts en vue d’une augmentation des marges. En France, environ 50 000 acheteurs interviennent dans les industries de plus de 200 salariés tandis que le secteur de la distribution en emploie plus de 5000. Pour postuler à un tel poste, vous devez disposer d’un master en achat.

Les enjeux de la fonction achats

La dernière crise économique a démontré que les acquisitions représentent un levier stratégique que les managers pouvaient actionner pour booster leur marge. La fonction achats a donc pris une nouvelle dimension. Elle ne joue plus uniquement un rôle d’appui logistique. Elle se révèle déterminante pour la croissance des sociétés. Les acheteurs constituent aujourd’hui de parfaits négociateurs qui multiplient les innovations pour rentabiliser leur entreprise. Cela les conforte en pole position pour occuper de hautes fonctions managériales après quelques années d’expérience. La fonction d’achat apparaît désormais comme un véritable tremplin avec des perspectives très intéressantes en matière de carrière. Au plan commercial, elle a pour objectif de mettre en place une politique d’approvisionnement efficace et efficiente. Celle-ci devra permettre à l’entreprise d’acquérir les meilleurs produits à des tarifs préférentiels et de supprimer définitivement les ruptures de stock. Au stade stratégique, la fonction achats rend une société plus compétitive grâce à la minimisation de ses coûts et à la réduction des délais. Logiquement, ces différentes politiques se traduiront par une amélioration de la rentabilité de l’entreprise. Cet impact financier représente un enjeu majeur de la fonction achats.

Le métier d’acheteur représente l’un des emplois du futur dont les entreprises auront du mal à s’en défaire.

Les missions de la fonction achats

Au fil des années, la fonction achat a sensiblement évolué et s’impose désormais comme un véritable levier de performance. Elle permet aux entreprises d’optimiser leurs marges et de minimiser leurs coûts. De ce point de vue, elle remplit essentiellement trois missions déterminantes pour la bonne marche et la rentabilité des sociétés.

La fonction achats, un approvisionnement sécurisé

Une subite rupture de stock peut ruiner la réputation d’une entreprise si celle-ci ne parvenait à respecter ses engagements en matière de livraison. La fonction achat permet de mettre des politiques et des stratégies innovantes pour qu’une société dispose en temps réel de toutes les matières premières et des produits indispensables à sa bonne marche. Cela se traduit par une parfaite maîtrise des circuits d’approvisionnement et par une réduction des délais. Ces différents facteurs favorisent une baisse sensible des risques et confèrent plus de fiabilité à votre entreprise. En effet, la fonction achats permet d’engager des négociations poussées avec les sous-traitants et les fournisseurs. Ces derniers garantissent alors à votre structure des conditions préférentielles. L’acheteur met en place des stratégies innovantes pour dénicher le partenaire qui propose des produits de qualité aux meilleurs prix. Il prend toutes les dispositions contractuelles pour assurer des livraisons à bonne date.

La fonction achats, un outil de communication interne et externe

La fonction achat fédère les activités de nombreux acteurs qui prennent part à la production. Elle détermine avec précision leurs différentes tâches. Elle centralise les acquisitions de manière à réduire les coûts. L’acheteur devient alors l’unique interlocuteur des fournisseurs. Il n’hésite pas à mettre ces derniers en concurrence pour obtenir de meilleures conditions et une baisse des prix. La fonction achats minimise les risques, car l’acheteur demeure en contact permanent avec le marché. Il peut donc anticiper ses éventuelles évolutions, ses opportunités ainsi que ses menaces. Cela lui permet de mettre en place des stratégies sur le long terme. Il collabore avec l’ensemble des autres départements. Il les assiste notamment en matière d’élaboration des cahiers de charges. L’efficacité de la fonction achats contribue à améliorer les performances d’une entreprise et impacte positivement son image de marque.

La fonction achats, des marges optimisées

La fonction d’achat assure une centralisation des acquisitions. Cela réduit véritablement les risques de gaspillage et favorise un meilleur contrôle. L’acheteur pourra mieux négocier les tarifs pour garantir à son entreprise un excellent rapport qualité-prix du marché. Cela se traduira par une minimisation des coûts. Logiquement, la société verra ses bénéfices grimper.

La fonction achats, une place stratégique

La fonction d’achat a pris une importante envergure au sein des grandes entreprises. Elle ne joue plus uniquement un rôle administratif. La capacité à négocier de l’acheteur le consacre comme un véritable professionnel au service de la performance. Le poids des achats dans le chiffre d’affaires (60 %) confère une importance stratégique à sa mission technique. Ce professionnel peut réaliser des prouesses s’il réussit à baisser de manière considérable les coûts d’acquisition. Cela impactera positivement les bénéfices. Désormais, les entreprises font jouer la fonction approvisionnements dès la conception de leurs produits. Elles développent donc en amont des politiques pour obtenir des matières premières de qualité au meilleur prix. Cela leur permet de se démarquer de la concurrence et de booster leurs ventes.

Grâce à la fonction achats, les entreprises innovent en permanence. Les acheteurs ne tarissent pas de stratégies pour minimiser leurs coûts. Cela incite les fournisseurs à améliorer leurs procédures pour faire baisser leurs propres charges. Logiquement, ces divers acteurs se retrouvent dans un cercle vertueux d’optimisation continue des profits. Ces différents atouts ont poussé les managers à conférer à la fonction achats une place stratégique. Elle apparaît désormais comme un levier capital en matière de réduction de coûts et d’amélioration des performances. Par ailleurs, la fonction approvisionnements se trouve de plus en plus représentée au codir ou au comex. Cela confirme bien la position déterminante qu’elle occupe aujourd’hui au sein de l’organisation des entreprises. Cela constitue une reconnaissance de sa place prépondérante. Cela traduit également la progression indéniable de la valeur des acheteurs qui jouent désormais un rôle incontournable dans toutes les sociétés, peu importe leur taille et leur domaine d’intervention.

La fonction achats, de belles perspectives de carrière

La fonction achats a désormais dépassé le rôle de tremplin. La plupart des étudiants et des cadres de ce secteur d’activité souhaitent y faire carrière. Par ailleurs, les directeurs d’achats éprouvent des difficultés à recruter de nouveaux talents selon l’enquête annuelle AgileBuyer. Les entreprises recherchent surtout des acheteurs capables de bien négocier. Mais, ils doivent également pouvoir collaborer efficacement avec les fournisseurs pour sécuriser et optimiser les circuits d’approvisionnement. Aujourd’hui, la fonction achats bénéficie d’une reconnaissance en France avec un ratio d’environ 40 % de représentativité au codir. Elle offre aussi de véritables opportunités. La professionnalisation de la fonction achats et sa place stratégique dans la bonne marche d’une entreprise ont favorisé son évolution. Les acheteurs accèdent de plus en plus à de plus grandes responsabilités après quelques années d’expérience. Bon nombre d’entre eux occupent désormais d’importants postes managériaux. Environ neuf patrons de société sur dix proviennent du secteur de la vente ou du marketing.

La fonction d’achat, un véritable dynamisme au service de la performance

La fonction d’achat continue de se perfectionner au fil des ans. Les entreprises l’adaptent à leurs besoins. Elles expérimentent de nouvelles stratégies et des politiques innovantes. Les acheteurs actualisent régulièrement leurs méthodes en vue d’une meilleure gestion des risques et de relation fournisseur. Ils cherchent en permanence à réduire les coûts pour accroître les marges. Selon l’étude annuelle AgileBuyer, leurs priorités en 2019 se résument aux points ci-dessous.

  • 75 % des acheteurs interrogés souhaitent baisser leurs charges d’achat avant toute chose. Cela leur permettra de renforcer leurs bénéfices. Néanmoins, ils misent désormais sur des politiques beaucoup plus stratégiques et innovantes. Dans un premier temps, ils développeront de nouvelles astuces pour mieux négocier avec les fournisseurs et les autres associés. Cela les aidera à obtenir de meilleurs tarifs du marché. Les acheteurs recourent également à l’ajustement des spécifications techniques ou à la mutualisation et la globalisation des acquisitions. D’autres n’hésitent pas à changer de partenaires pour rationaliser leurs coûts. Par ailleurs, ces professionnels interviennent désormais en amont des projets pour diminuer les charges et accroître les marges.
  • 75 % des acheteurs sollicités ont pour objectifs de mieux sécuriser leurs approvisionnements. Ils espèrent réduire au maximum les risques fournisseurs. La majorité de ces spécialistes estiment entretenir des rapports déséquilibrés et non optimisés avec leurs partenaires. Ces partenaires ne respectent pas généralement leurs engagements contractuels. Ils peuvent décider d’une augmentation unilatérale de leurs prix. Dans certains cas, ils cessent simplement de procurer les produits. Ces différents actes peuvent se traduire des soucis de rupture de stock, de retards dans la livraison des clients. Ils peuvent aussi générer d’importantes pertes. Les acheteurs développent de plus en plus des stratégies pour limiter ces situations. Mais la menace reste permanente. Ils réfléchissent à des solutions pour une meilleure intégration des fournisseurs. Ils cherchent à nouer des relations plus étroites avec des acteurs déterminants dans leurs chaînes de production. Certains spécialistes ont instauré une plateforme d’échange d’informations. Celle-ci favorise une prise en charge rapide de leur commande. Ils espèrent ainsi fédérer ces partenaires autour de leurs activités. Cela se traduira par une réactivité plus grande et la création de liens privilégiés. Ces professionnels entendent également mettre en place des politiques pour réduire les risques qualité, logistiques, opérationnels, juridiques, normatifs, financiers, RSE, sanitaire, etc. Cela permettra d’assurer la continuité de l’approvisionnement et la sécurisation des sources d’acquisition.

  • De nombreux acheteurs envisagent aussi de promouvoir le « Made in France ». Ils prendront des mesures et des dispositions pratiques pour travailler prioritairement avec des fournisseurs français. Cela favorise une redynamisation de l’économie nationale et la création de nouveaux emplois. Maintes grandes entreprises s’inscrivent dans cette logique. Cela permettrait sans doute au taux des acquisitions locales d’atteindre la barre des 50 % de transactions.
  • Certains acheteurs ont également pour objectif de limiter leur nombre de fournisseurs. Ils entendent mieux organiser et structurer leur processus et leur circuit d’approvisionnement. Cela les aidera à minimiser leurs coûts et à optimiser la rentabilité de leurs business. Toutefois, cela ne représente plus une priorité pour la majorité des grandes sociétés.

 

 

 

La fonction achats : des perspectives intéressantes

La fonction achats a encore de beaux jours devant elle. Les entreprises et les acheteurs explorent en permanence de nouvelles pistes pour réduire leurs charges et optimiser leurs marges.

L’épineuse question de l’externalisation des tâches

Certaines sociétés souhaitent déléguer une partie de leurs process d’achat à des sous-traitants. Elles espèrent ainsi diminuer leurs coûts d’acquisition. Cela concerne notamment les audits RSE. Les entreprises pourraient recourir à des cabinets spécialisés pour les effectuer. Cette pratique reste aussi envisageable pour l’e-sourcing et pour la gestion des contrats. De nombreuses directions d’achats expérimentent déjà ces solutions innovantes qui visent à réduire les charges. Les résultats se révèlent assez mitigés. Ils varient en fonction de l’activité déléguée et des objectifs. Dans tous les cas, les grandes entreprises sollicitent de plus en plus de cabinets spécialisés pour gérer certains aspects spécifiques de la fonction achats. Logiquement, elles recrutent moins. Cela se traduit par une baisse durable des charges fixes.

La fonction achats, une transformation digitale en cours

Les nouvelles technologies ont également touché la fonction approvisionnements. Les directions d’achat souhaitent rompre avec la traditionnelle fiche Excel. Elles envisagent de dématérialiser progressivement leurs processus pour atteindre l’objectif « zéro papier ». De nombreuses solutions digitales existent actuellement pour booster l’efficacité de la fonction achats. Les outils collaboratifs restent les plus prisés au sein des sociétés. Certaines grandes entreprises en profitent déjà avec le déploiement de technologies modernes comme e-procurement, l’e-sourcing, le data analytics, les enchères inversées, les places de marchés ou le SRM (Supplier Relationship Management). Elles recourent également à l’automatisation des tâches avec des solutions RPA. Quant aux méthodes relatives à l’intelligence artificielle et au blockchain, elles se développent assez timidement. Ces perspectives augurent d’un avenir radieux pour la fonction achats. Avec la digitalisation, elle garantira davantage d’efficacité.

related posts

Leave a Comment