Home Entreprise Auto-entrepreneur et salarié : comment jongler entre les deux ?

Auto-entrepreneur et salarié : comment jongler entre les deux ?

by Kévin

Depuis quelques années, occuper plusieurs activités est de plus en plus considérée comme la norme. Une carrière fixe toute sa vie ? Très peu pour les générations Y et Z qui, contrairement à leurs parents, privilégient l’épanouissement et non la stabilité. Beaucoup plus enclins à prendre des risques, à changer de métiers et de pays ou même à suivre leurs passions les plus folles, ils sont aussi nombreux à mener une activité d’auto-entrepreneur en parallèle de leur activité de salarié. Ceux qui ne se sont pas encore lancés l’envisagent en tout cas. Si vous aussi vous avez envie de lancer votre propre entreprise, mais que vous avez peur de ne pas arriver à cumuler les deux statuts, alors prenez connaissance de cet exposé afin de découvrir des conseils et astuces fiables. 

Être auto-entrepreneur lorsqu’on est salarié, est-ce possible ?

Dans l’optique de rendre beaucoup plus aisée la création de diverses activités entrepreneuriales, le statut d’auto-entrepreneur a vu le jour en 2008.

Ce dispositif qui a été mis en place par le gouvernement s’adresse particulièrement aux salariés qui tiennent à démarrer en parallèle de leur travail une petite entreprise. Si l’on tient compte du fait que le salarié est tenu de faire preuve de loyauté envers son employeur, le cumul du statut de salarié et de celui d’auto-entrepreneur est alors possible. Soulignons par ailleurs que l’interdiction d’exercice d’une autre activité lucrative qui est habituellement appliquée aux agents de la fonction publique n’inclut pas le statut d’auto-entrepreneur dont peuvent alors bénéficier les salariés du public.

Adopter le régime fiscal adéquat

Le cumul d’une activité indépendante et d’une activité salarié entraine la production d’un cumul d’affiliation. En effet, pour chaque activité que l’on mène, il faut s’affilier à un régime social. Si vous êtes par exemple un salarié, vous êtes alors affilié au « régime général de la sécurité sociale ». De même, les revenus issus des différentes activités que vous menez devront être indiqués (dans les catégories adaptées) dans votre déclaration d’impôts. Suivant la nature de l’activité que vous menez en indépendant, il peut s’agir du BNC ou du BIC. La micro-entreprise est par ailleurs l’une des options qui s’offrent à vous dans le cas où vos revenus n’excèdent pas un certain seuil. Notons aussi que si vous êtes à la fois indépendant et salarié, vous avez le choix entre :

  • Maintenir le régime fiscal social qui est lié à l’activité de salarié que vous menez ;
  • Adhérer librement à la sécurité sociale prévue pour les indépendants.

Connaitre ses droits

En règle générale, un salarié peut s’il le souhaite opter librement pour le cumul de plusieurs emplois. Toutefois, il existe plusieurs conditions qu’il devra respecter s’il choisit cette solution. Dans un premier temps, il est tenu de créer son activité en dehors du cadre de l’entreprise. Afin de ne pas être sanctionné par son employeur, le salarié doit aussi prendre le soin de respecter le plus possible la durée légale maximale de travail. Il importe à ce niveau de souligner qu’un salarié qui endosse le rôle d’auto-entrepreneur peut mettre en place son projet sans en informer son patron ou même lui rendre des comptes. Il existe toutefois quelques règles à suivre, notamment si le contrat du salarié en question comporte une clause de non-concurrence. En cas de flou ou de difficulté, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un avocat spécialisé qui vous aidera dans vos démarches administratives.

Dans le cas où votre activité d’auto-entrepreneur a un lien avec le secteur d’activité de votre employeur, il est préférable d’informer ce dernier afin d’éviter plus tard des complications éventuelles. Ceci est d’autant plus conseillé si vous devez plus tard vous positionner comme l’un de ses concurrents. Si tel est le cas, vous ne pourrez alors pas démarcher les clients de votre entreprise. Les autres restrictions concernent le temps et le matériel. Votre temps de travail en entreprise, ou même votre arrêt maladie ne devront en effet pas être utilisés pour la réalisation de tâches ou d’activités ayant un lien avec l’entreprise que vous avez créée. De même, le matériel fourni par votre employeur ne doit pas vous servir dans le cadre de l’auto-entrepreneuriat, sauf si ce dernier vous en donne l’autorisation.

Il est donc clair que vous ne pouvez pas emmener votre matériel informatique du bureau à des rendez-vous où vous devez rencontrer des clients pour votre projet personnel, sauf cas exceptionnel. Surfez-vous sur Internet à la recherche de générateurs de noms de marque pendant vos heures de travail ? Si oui, rassurez-vous, vous en avez le droit, s’il s’agit d’une courte pause. Vous devrez par contre prendre garde à ne pas y passer toute la matinée. Prenez en outre le soin de ne pas multiplier les indices qui tendent à démontrer que vous mettez beaucoup plus en avant votre projet personnel quand le contexte ne vous y autorise pas.

Respecter les clauses de son contrat de travail

En fonction des secteurs, des métiers ou des niveaux de responsabilité, un employeur a la possibilité d’imposer certaines restrictions à ses employés. Dans certains cas, lesdites restrictions peuvent interdire à l’employé d’exercer en parallèle de son emploi une autre activité ou encore l’empêcher de lancer une activité particulière. En dehors de la convention collective qui demeure applicable à toute l’entreprise, ces obligations peuvent aussi figurer dans le contrat de travail que signe le salarié. Avant donc d’apposer votre signature sur un contrat de travail, prenez soin d’étudier avec rigueur toutes les clauses qui y sont indiquées.

Soulignons par ailleurs que si elle le souhaite, une entreprise a le droit de demander un engagement exclusif à ses employés. Autrement dit, un engagement qui leur interdit d’exercer en dehors de leur activité au sein de l’entreprise, une autre activité rémunérée. Dans la mesure où ce type de clause peut être également retrouvé dans des contrats à durée déterminée ou à temps partiel, il est primordial de faire preuve de vigilance. Toutefois, lorsqu’il est uniquement question de la création d’une entreprise, il est possible de faire lever de manière temporaire cette clause. En effet, à compter de sa date d’immatriculation, l’auto-entrepreneur au RCS bénéficie d’un délai d’un an au cours duquel aucune clause d’exclusivité ne lui est imposable.

Optimiser son temps

Vous l’avez certainement compris, vous ne pourrez vous consacrer entièrement à votre activité d’auto-entrepreneur que les soirs et les weekends si vous travaillez à temps plein. Pour réussir à cumuler vos deux activités, vous devez donc faire preuve d’une excellente capacité d’organisation. Cela doit encore plus être le cas lorsque vous avez dépassé la « phase concept et identité de marque », et que vous entamez le processus de prospection. Soulignons qu’entre les rencontres avec les fournisseurs et la conquête des clients, il se peut qu’un emploi à temps partiel se révèle être plus intéressant pour vous. Hormis le fait que vous aurez ainsi assez d’espace dans votre emploi du temps pour faire grandir votre marque, vous bénéficierez également de l’équilibre financier que vous procure votre emploi régulier.

Gardez par ailleurs à l’esprit que les débuts en tant qu’entrepreneur peuvent être difficiles. Vous devez en effet investir et patienter durant quelques mois avant de pouvoir générer une rentrée d’argent constante et conséquente. Il ne faudra bien entendu pas se décourager. Faites plutôt preuve de persévérance et de courage. Si, malheureusement, vous ne pouvez pas travailler à temps partiel lors de cette étape chronophage, sachez optimiser au maximum vos journées. Pour ce faire nous vous proposons les astuces et idées ci-après :

  • Faire sonner le réveil au moins trente minutes ou une heure à l’avance ;
  • Boucler les dossiers à temps afin de ne pas traîner au travail (n’ayez bien entendu pas honte de partir à l’heure si vous avez fini) ;
  • Organiser des sorties de groupe avec plusieurs amis à la fois plutôt que de les voir toujours individuellement ;
  • Avoir un seul agenda pour son projet et son emploi. Vous pourrez alors mieux visualiser vos journées.

Soufflez, prenez soin de vous

Lorsque vous êtes déterminé et passionné par ce que vous faites, il n’est pas rare de s’oublier légèrement. Vos journées et vos efforts sont entièrement dédiés à vos activités professionnelles et vous ne cessez de penser au travail : que faire pour augmenter la visibilité de mon auto-entreprise ? Comment obtenir des clients plus rapidement ? Comment devenir rentable au plus vite ? Que faire pour séduire un revendeur ?

Tant de questions qui vous agitent et qui vous poussent à rajouter toujours plus de choses à faire sur votre to-do list déjà bien longue. N’oubliez tout de même pas de souffler et de vous déconnecter complètement de temps en temps. Non, vous ne gaspillez pas votre temps. Au contraire, vous vous ressourcez, vous vous rechargez et vous vivez tout simplement !

Comment jongler entre productivité et détente ? Encore une fois, tout est question d’organisation. En semaine, désignez par exemple un ou deux jours où vous prenez une pause déjeuner dans le calme, le téléphone éteint. Ne déclinez pas toutes les invitations à des afterworks, car vous pouvez y faire la connaissance de contacts intéressants. Le weekend, réservez du temps à votre famille et à vos amis. Et par dessus tout, chouchoutez-vous. Faites du sport, baladez-vous dans la nature ou alors cuisinez !

related posts

Leave a Comment